Document sans nom
Document sans nom
Loading Flash Menu
Document sans titre
LES GRANDS PROJETS
 
  Routiers

Hydrauliques

Portuaires

Aéroportuaires

Ferroviaires

 

 

APPROVISIONNEMENT DE TOUTES LES VILLES DE BONOUA A ABIDJAN

La ville d’Abidjan est actuellement alimentée en eau potable exclusivement à partir des eaux souterraines de la nappe du Continental Terminal appelée « Nappe d’Abidjan ». Bien que la source soit insuffisante, elle est en outre, sous la menace d’une contamination par des sources de pollution organique et chimique.
La totalité des 83 forages existants, répartis sur 9 champs captant sont situés dans les communes d’Abobo, Adjamé, Attécoubé, Cocody et Yopougon. Et ils captent la nappe à une profondeur moyenne de 100m. Ces forages alimentent 9 unités de traitement d’eau potable dont la production journalière totale cumulée est d’environ 350 000m3 pour des besoins estimés à 500 000m3/jour soit un déficit journalier de 150 000m3.
Une étude relative à la gestion de la nappe d’Abidjan indique que la capacité maximale d’exploitation de la nappe est de 386 000m3/jour. Au regard de la production journalière actuelle, la capacité d’exploitation de ladite nappe est atteinte. D’où la nécessité de recours à une autre alternative pour répondre aux besoins en eau de la ville d’Abidjan.

Ce projet vise donc à améliorer l’approvisionnement en eau potable de la ville d’Abidjan et plus particulièrement celui de l’Ile de Petit Bassam qui regroupe les communes de Marcory, Koumassi, Treichville et Port-Bouet par captage de la nappe du Sud Comoé et la desserte des localités situées sur tout le parcours du projet.
L’Ile de Petit Bassam bénéficiaire de ce projet a une population d’environ 1 200 000 habitants. Elle dispose en outre d’une zone d’extension de 3 369 hectares au sud-est de la commune de Port-Bouet, entre le quartier Gonzagueville et la ville de Grand-Bassam.
Cette partie du district autonome, en dépit de ses infrastructures hydrauliques, est en proie à des difficultés de desserte en eau potable depuis les années 2000. Le projet ambitionne de mettre fin à ces déficits d’eau récurrents dans cette zone.
Des ressources en eau potable ont été identifiées comme source d’eau alternative pour le renforcement de l’alimentation en eau potable d’Abidjan.
Il s’agit du lac Bakré, de la lagune Aghien et du fleuve Comoé pour les eaux de surface et de la nappe du Sud Comoé (Bonoua) pour les eaux souterraines.
Le projet se fera en deux phases en fonction de la mobilisation des financements. La durée d’exécution prévisionnelle est de deux (2) ans pour un cout global de 90 milliards de FCFA.
A terme, la réalisation de ce projet dans son ensemble permettra de rendre autonome la desserte en eau potable des communes de Marcory, Koumassi, Treichville et Port-Bouet.
Cela se traduira en outre par une amélioration de l’approvisionnement en eau potable des zones desservies par les usines de production de Nord Riviera et Zone Ouest du fait de la déconnection de la zone Sud de ces usines.

 

ETAT D’AVANCEMENT DU PROJET :

AVANCEMENT DES TRAVAUX :

 

 
 
 
 
 
 
 
 
Loading Flash Menu
 
 
 
 
Document sans nom
 
MINISTERE
LES GRANDS PROJETS
APPELS D'OFFRES
ESPACE PRESSE
 
MEDIATEQUE
           
 
Copyright © 2011 Ministère des Infrastructures Economiques de Côte d'Ivoire
BPV 6 Abidjan Côte d'Ivoire
Tel : +225 20 34 73 11 / Fax : +225 20 21 20 43